CAN: Nigeria-Côte d’Ivoire, un choc de géants

Nigeria-Côte d’Ivoire, disputé lundi à Sekondi, ferait une belle finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2008), mais il ne s’agit « que » d’un match du premier tour, peut-être le plus attendu, entre deux des meilleures équipes du continent et leur cortège de stars.

Avec Nwankwo Kanu (Portsmouth) ou John Obi Mikel (Chelsea) côté nigérian, Kolo Touré (Arsenal), Yaya Touré (FC Barcelone) ou bien-sûr Didier Drogba (Chelsea), le Ballon d’Or africain 2006 et 2007, les « Super Eagles » comme les « Eléphants » sont solidement armés pour espérer soulever le trophée le 10 février à Accra. Il s’agit également de ne pas rater son entrée car le groupe B, le plus relevé de la CAN, compte un troisième poids-lourd, le Mali, qui rêve également de victoire finale et se fera les griffes contre les frêles « Ecureuils » du Bénin après la grande affiche du premier tour.

La Côte d’Ivoire, finaliste malheureuse en Egypte il y a deux ans (0-0, 2-4 aux t.a.b.), part légèrement favorite, même si son guide et capitaine, Drogba, a été opéré du genou en décembre, et même si son sélectionneur, Ullrich Stielike, a dû céder la place à Gérard Gili à quelques jours du début du tournoi pour retourner en Allemagne veiller son fils, tombé dans le coma. Mais la complicité entre le Français Gili, déjà avec les « Eléphants » en 2006 en tant qu’adjoint d’Henri Michel, et Drogba est de bon augure, comme son but marqué le 12 janvier au Koweït (2-0) en match de préparation. Le vice-président de la Fédération ivoirienne (FIF), Idriss Diallo, a pu annoncer l’objectif connu de tous: la victoire finale. « Nous les avons placés dans les meilleures conditions possibles », a-t-il assuré, en référence au changement de dernière minute du programme de préparation, un stage au Moyen-Orient plutôt qu’en Espagne où il faisait trop froid par rapport aux 30°c ghanéens.

Justement, la préparation des « Super Eagles » à Malaga (Espagne) a été critiquée au Nigeria, mais au moins ont-ils pu rester ensemble dix jours et perfectionner leurs automatismes. Et la question des primes, qui a souvent gâché les avant-tournois des Nigérians, a été tôt réglée pour que les joueurs se concentrent sur leurs performances. S’ils soulèvent la Coupe, ils mettront dans leurs poches 49.000 dollars.

Les « Super Eagles », qui veulent prendre leur revanche de la demi-finale 2006 perdue 1-0 sur un but de Drogba, laissent pourtant volontiers l’étiquette de favori aux Ivoiriens. « Nous sommes ravis d’être les outsiders, assure le milieu de terrain Richard Eromoigbe (Levski Sofia/BUL). Cela ne nous inquiète pas car nous savons de quoi nous sommes capables. C’est bien que la pression soit sur la Côte d’Ivoire ». Le Nigeria, couronné en 1980 et 1994 mais souvent battu en finale ou en demi-finale, vise de toute façon lui aussi le titre. « Nous y croyons très fort, a assuré le capitaine Kanu, et maintenant nous n’avons plus besoin que d’un peu de chance ».

SOURCE : www.myfreesport.fr

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

douze − neuf =