« Être à la hauteur de l’espoir »

Appelé en équipe professionnelle aux derniers instants du championnat national, Gohi Bi Zoro Cyriac, un jeune homme de 17 ans nous livre ses impressions et espère satisfaire la confiance à lui accordée par ses encadreurs.
Tu es un appelé de dernière minute en équipe professionnelle, et tu t’es bien comporté.

Comment cela a-t-il été possible ?

Déjà au centre de formation, j’avais l’envie d’intégrer l’équipe professionnelle parce que je savais que j’avais les qualités et les capacités de réussir. Et quand l’occasion m’a été donnée, je l’ai saisie, en espérant que cette saison, je serai à la hauteur de l’espoir que l’entraîneur a mis en moi, en me classant en équipe professionnelle.

Comment s’est faite ton intégration en équipe première ?

J’étais déjà connu de tous, étant au centre de formation. Car l’entraîneur me faisait appel quelquefois pour participer aux séances d’entraînement avec l’équipe senior. Certains joueurs me connaissaient déjà et convaincus que je pouvais apporter une note positive à l’équipe, ils m’ont intégré sans problème.

En quelle année et comment es-tu arrivé à l’Académie ?

Je suis arrivé à l’Académie en 2004 à l’âge de 14 ans. Puisque je voulais jouer à l’ASEC, je passais très souvent au centre de formation. Ce jour-là, je n’avais pas cours. Mon arrivée a coïncidé avec un test de sélection, que j’ai fort bien réussi. Je voudrais rappeler que cela faisait trois fois que je participais à ce genre de test, mais les encadreurs m’avaient toujours demandé d’aller continuer à travailler pour améliorer mes qualités.

Comment as-tu vécu le passage de l’Académie à l’équipe professionnelle ?

Comme je l’ai dit tantôt, je rêvais de jouer à l’ASEC, parce que c’est le club qui offre le plus de commodités pour jouer au football et il est le mieux organisé en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi quand j’ai été appelé en équipe première, j’ai décidé de me donner à fond pour atteindre mon objectif de devenir un joueur professionnel et faire plaisir aux encadreurs qui m’ont fait confiance.

Quel sentiment t’anime t-il quand tu te retrouves en équipe professionnelle ?

C’est un sentiment de joie et de plaisir qui m’anime. Je me sens plus responsabilisé, puisque mon destin est dans mes mains. Mon avenir et mon devenir de footballeur dépendent de mon rendement à l’ASEC MIMOSAS.

Que peux-tu dire de la saison 2007 ?

En 2007, bien que l’ASEC ait connu des résultats mitigés, elle reste toujours une grande équipe. Car ce que d’aucuns qualifieraient d’échec (la perte de son titre de champion), nous permettra de mieux travailler et de corriger nos lacunes. Et puis l’équipe est qualifiée pour la Ligue des champions, sans oublier les trophées remportés pendant cette année 2007.

Quels sont tes vœux pour l’année 2008 ?

Pour 2008, je souhaite beaucoup de chance à l’ASEC, dans toutes ses compétitions. Bonne année à tous les Actionnaires, avec à leur tête, les encadreurs et tout le staff managérial.

Interview réalisée par C. François (Stagiaire)

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × 1 =