Le silence des canons militaires

Comptant pour la 24ème journée en retard de la ligue 1 Orange, l’ASEC a rencontré hier la Société Omnisport de l’Armée. Tenant à conserver son titre, l’ASEC Mimosas dans un esprit sportif et très convivial promettait de donner une correction historique à la SOA qui lors de la 12ème journée l’avait tenu en échec sur le maigre score de 1 but à 0. Les militaires qui tenait à rééditer l’exploit du match aller, avaient aligné les canonniers les plus redoutables. Ce déploiement du fort arsenal des commandos de la SOA n’aura apporté aucune déclinaison à la grande détermination des protégés de Patrick Liewig, dont le calme et la rigueur auront apporté une touche élégante à cette partie. La 1ère mi temps fut littéralement nourrie de moments d’observation, mais surtout pour les « Jaune et Noir » ce fut le moment choisi pour asseoir une stratégie dont l’objectif était de prendre cette belle formation de la SOA en sandwich afin de l’étouffer sous le poids de ses canons. C’est en vain que la SOA essayera de débarquer tout son arsenal et c’est sur un score nul et vierge que l’arbitre central renvoie les deux formations dans les vestiaires.
Dès la reprise de la 2ème mi-temps, l’ASEC commence à récolter les fruits de son schéma tactique, renforcé par des réaménagements nés des observations de son encadrement technique. Gohi Cyriac sera le premier à ouvrir le score aux premières minutes de la seconde période, offrant ainsi aux mimos la voie de la victoire. Le souffle renaît, le jeu gagne en intensité et en efficacité. Déblé Serge vient corsé l’addition par un deuxième but qui rend silencieux les détonations des canons militaires. Cette symphonie restera inachevée. Le match a été interrompu à la 80e mn, pour cause de mauvaise visibilité, alors que les Mimos menaient (2-0). Le commissaire au match, Derou Michel, a donné les explications suivantes à la fin de la partie : “L’arbitre central, Doué Noumandiez Désiré, a été obligé d’interrompre la partie pour cause de mauvaise visibilité. Le stade Champroux n’étant pas éclairé, les joueurs des deux équipes n’arrivaient plus à percevoir le ballon. La décision finale sera prise par les instances habilitées à le faire ». En fait, débutée sous une pluie battante, la rencontre sera une première fois interrompue à la 78e mn. La circulation du ballon étant freinée par les nombreuses flaques d’eau. Après 15 mn de pause, les deux formations, malgré la réticence des joueurs de la SOA, reprennent la partie. Pour seulement 2 mn. Puisque la nuit tombait déjà sur le Champroux.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

4 × deux =