L’ASEC entretient l’espoir

En arrachant une victoire aussi précieuse qu’inespérée dans les ultimes minutes face au Séwé Sport, dimanche dernier au stade FHB, l’ASEC Mimosas maintient la pression sur son rival.

« Si on perdait ce match, on perdrait définitivement le titre. Pour moi, l’avoir gagné alors que toutes les conditions étaient réunies pour qu’on le perde, est le signe que quelque chose peut encore se produire en notre faveur », confiait, tout ému, Francis Ouégnin, devant le vestiaire de son équipe, une demi-heure après la rencontre. A l’intérieur du vestiaire, Me Roger Ouégnin, assis sur un banc, est songeur. Patrick Liewig tient un discours d’encouragement aux joueurs qui se changent en silence. L’ASEC revient de loin. Elle le sait. Elle a conscience aussi que la tâche demeure ardue.
« La course pour le titre aurait pu s’arrêter pour nous aujourd’hui par notre faute. Cela aurait été vraiment dommage. Mais grâce à cette victoire, nous entretenons l’espoir. On jouera le coup jusqu’au bout », a déclaré Patrick Liewig avec un brin de soulagement.

Pendant que le rival cartonnait à Issia, l’ASEC Mimosas était à la bourre au stade FHB face à une formation très motivée du Séwé qui luttait pour le maintien. D’abord craintifs et attentistes, les Portuaires de San Pedro retrouvent progressivement la confiance devant des Mimosas en panne d’efficacité en attaque. Les visiteurs en profitent pour ouvrir le score et préservent leur acquis jusqu’à la 85e minute. Pendant ce temps, l’ASEC vendange des occasions nettes qu’elle se crée. On en comptera quatorze au total (2e, 23e, 26e, 37e, 38e, 47e, 48e, 50e, 53e, 58e, 59e, 64e, 70e, 79e). Déblé Serge, volontaire, toujours bien placé, mais manquant cruellement de réussite, finira par égaliser en reprenant une balle au second poteau pour tromper Gadji Julien (81e). Le but est valable. Mais l’arbitre Thiam Mamadou ne le valide pas pour cause de hors-jeu très peu évident. Une décision renversante. C’est finalement sur un coup-franc de Koné Kouamatien (86e) et sur un tir des 20 mètres de Gohi Bi Zoro Cyriaque, un jeune promu de l’Académie MimoSifcom (88e), que l’ASEC remet les pendules à l’heure et l’emporte au finish pour entretenir l’espoir.

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

un × 5 =