Changer le cours du destin sur terrain adverse

Bien que conscients de la difficulté qui les attend au Caire, ce dimanche 2 septembre, les Mimos sont prêts à relever le défi d’Al Ahly, pour tenter d’accéder aux demi-finales.

Entraînements intensifs, application dans les exercices, grande concentration, motivation du groupe. Les Mimos travaillent beaucoup depuis la semaine dernière. Ils ont revu tous les aspects de leur jeu. Et poursuivi les réglages dans les différents compartiments de l’équipe. Ils ont à cœur de relever le défi d’Al Ahly. Car au bout de ce match de la sixième et dernière journée des quarts de finales de la Ligue des champions, dans le groupe B, se trouve la qualification pour l’étape suivante, en cas de victoire des Mimos. «Mes joueurs sont conscients de l’enjeu de ce match. Ils n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin », confie l’entraîneur Mimos, Patrick Liewig.

La difficulté qui attend l’ASEC Mimosas au Stadium International du Caire est réelle. Son adversaire égyptien a le dos au mur. Il réagira par orgueil et avec l’énergie du désespoir pour tenter d’obtenir la qualification. Et en pareille circonstance, le public d’Al Ahly sait se montrer très actif. Il soutiendra son équipe de façon chaude et inconditionnelle. L’équipe égyptienne a le beau rôle. Un résultat nul suffira à son bonheur. Elle est prête à tout donner pour y arriver.

L’ASEC Mimosas revivra la chaude ambiance du Stadium International du Caire qu’elle connaît bien. Tout comme elle connaît bien la formation d’Al Ahly qu’elle croisera pour la quatrième fois en deux ans. « Ils ne sont pas plus forts que nous. On va gagner là-bas si on croit en nos possibilités et si on joue réellement pour gagner », déclare Iddrisu. Ses coéquipiers partagent cette conviction. « On n’a pas le choix. Il faudra jouer comme des lions blessés. Ne pas se laisser marcher dessus. C’est le mental qui fera la différence », assure Diarra Ali. «L’équipe égyptienne n’est pas invincible chez elle. Elle n’est pas plus forte que l’ASEC. On a travaillé pour la battre en Egypte et rétablir l’équilibre après notre défaite de la manche aller. Un réel sentiment de revanche nous anime. Je crois que cet état d’esprit peut aider l’ASEC à se qualifier au Caire », confie Kouamé Magloire. Kaboré Mohamed conclut : « Je suis convaincu que l’ASEC peut se qualifier au Caire si on croit en nos chances et si on se bat sans complexe ».

Les Mimos sont vraiment décidés à parachever leur remontée fantastique à ce niveau de la Ligue des champions, ce dimanche face à Al Ahly. Reste à souhaiter qu’ils retrouvent leurs sensations et que les dieux du football soient avec eux.

K. Ismaël

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-neuf − 6 =