Al Hilal – ASEC Mimosas: Virage décisif

Si l’ASEC Mimosas veut se qualifier pour les
demi-finales de la 11e Ligue des champions, elle doit
le prouver face à Al Hilal à Khartoum par une victoire
qui la relancerait au classement dans le groupe B. Les
Mimos sont conscients de leur mission, au soudan.

Al Hilal-ASEC Mimosas, match inédit qu’il faut aborder
avec le mental. Ce n’est pas un match du quitte ou
double. Mais ça y ressemble. L’ASEC doit gagner,
prendre trois points pour recoller au train de la
demi-finale. Mais une question hante les esprits:
notre équipe pourra-telle vaincre Al Hilal à Khartoum
? Sûrement, elle est bien capable d’un tel exploit.
Avec un esprit de conquête, d’agressivité et de
concentration, les Mimos peuvent s’imposer au Soudan,
bien que l’adversaire soit physique et solide à
domicile. Au tour préliminaire, les Soudanais ont
éliminé Polisi SC de Zanzibar puis le Zamalek du Caire
en 16e de finale et Nasarawa United de Nigeria en
huitièmes. Belles performances.
Les Mimos doivent faire attention à cette équipe
présentée, à tort, comme le cendrillon du groupe B.

La confiance est de mise

« La défaite face à Al Ahly est évacuée. Dès le
lendemain, nous nous sommes remis au travail à Sol
Béni pour mieux attaquer les prochaines batailles »
rassurent presqu’en chœur, Koné Kouamatien Emmanuel,
Konan Kouamé Magloire et Gooré Dacosta Akès, qui font
leur travail d’encadrement des plus jeunes. « Un bon
résultat au Soudan, pour moi, c’est une victoire. Lors
du cinquantenaire de la CAF, nous avons battu El
Merrieckh, la deuxième équipe locale. Cela nous
indique que le champion est d’un cran au dessus. Nous
savons à quoi nous en tenir… », déclare Konan Kouamé
Magloire. Le capitaine Koné Kouamatien rassure « Rien
n’est perdu. Il reste 12 points à prendre. Nous devons
être forts pour prendre déjà trois points ce dimanche
au Soudan. Je crois au travail qui est entrepris… ».
Pour Dacosta Akès, « c’est un mini-championnat qui ne
fait que commencer. C’est l’arrivée qui compte. Nous
avons un seul objectif, nous ressaisir et revenir avec
la victoire» . Comme les joueurs, le PCA, Me Roger
Ouégnin est aussi confiant. « Il fallait rentabiliser
le match nul de Tunis, mais c’est réduit à néant. Il
faut maintenant chercher à rattraper cela quelque
part…Il faut s’arranger pour arriver en demi-finale.
rien n’est encore joué » avait-il confié à un journal
de la place, après la défaite face à Al Ahly. Les
imperfections du précédent match corrigées, les Mimos
sont condamnés à l’exploit. Réussir ce coup parfait
est dans leur corde. Les Actionnaires venus
relativement nombreux les soutenir le dimanche dernier
ne seront pas avec eux à Khartoum. Ils doivent avoir
leur conscience avec eux pour tout donner et ne pas
laisser échapper le train de la demi-finale si
facilement. Les poulains de Patrick Liewig sont bien
capables de gérer cette pression. S’ils retrouvent
leurs sensations, leur maîtrise collective et leur
discipline tactique, Al Hilal connaîtra un bien
mauvais sort. C’est tout le mal que nous souhaitons à
nos champions. Allez les Mimos !

D. Clément

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 − 11 =